On prépare 2011

Merci encore à toute l'équipe de bénévoles qui a contribué au succès de la saison 2010. Comme il a été discuté lors du party des bénévoles, plusieurs changements auront lieu dès la prochaine saison.

2011 sera ma dernière année à la tête de l'activité. Il y aura un remaniement de SamediVélo afin d’alléger sa structure et son fonctionnement et dans le but d’assurer un fonctionnement simple et efficace pour les prochaines années.

Guy Séguin, fondateur

 

Aperçu de la structure 2011

Administration :

Un comité de gestion doit voir le jour. Voici les tâches à accomplir :

  • Recrutement des partenaires
  •  Établissement du budget
  • Achat des articles récompenses bénévoles (bouteilles, bas, maillots) avec Louis Garneau
  • Achat d’articles promotionnels (affiches et cartes d’affaires)
  • Maintien de l’équipement nécessaire au bon fonctionnement de SV (trousses mécano et premiers soins)
  • Choix des parcours
  • Promotion de la saison
  • Gestion des activités

Voici la nouvelle proposition du comité organisateur-type :

  • Responsable des partenaires : maintien des partenaires actuels et recrutement au besoin, sollicitation pour l’argent nécessaire, les chèques-cadeaux, la nourriture pour le BBQ
  • Responsable du budget : comptabilité générale, achat des articles récompenses et promotionnels
  •  Responsable du volet terrain : gérer la cabane et le stock  (trousses mécano et premiers soins complètes, fermeture et ouverture de la cabane), clés (cabane et clôture), installation des départs (table, affiches, etc.)
  • Responsable des parcours
  • Responsable des activités
  • Secrétaire : gérer le contenu du site Internet (mise en ligne du calendrier et activités), tenir les listes à jour : bénévoles et partenaires, écrire le communiqué de presse pour les médias (début de saison), numérisation des parcours sur le site Internet et impression des parcours pour les départs du samedi

Ce comité travaille toujours en lien. Rencontres pré-saisons dans le but d’organiser les divers volets. Chaque responsable peut alléger sa tâche en étant aidé par une équipe.

Communications :

À ABOLIR

À MAINTENIR

Chroniques dans l’Argenteuil

Site Internet, mais simplifié et géré par un comité (secrétaire)

Parcours dans l’Argenteuil

Infos sur les sorties et les activités sur le site Internet et sur facebook

Chroniques sur le site Internet

Affiches publicitaires

Conférence de presse

Communiqué de presse pour annoncer la saison et ses activités

Porte-parole

Concevoir de nouvelles cartes d’affaires SV

Cartons promotionnels

 

 

Internet :

  • Numérisation des parcours et affichage sur le site (infographie)
  • Facebook
  • Photos

Parcours :

  • Le chef de comité sera présent lors des réunions du comité organisateur et c’est à ce moment que les décisions finales sur les parcours seront  prises
  • Conception finale des parcours et numérisation pour le site web

Jour J :

  • Maintien de la procédure en place

Événements

  • Ambulance St-Jean
  • Atelier mécano
  • Maintien du Pédalons à Fonds (17 septembre 2011)
  • BBQ (10 septembre 2011)
  • Party des bénévoles

Merci aux bénévoles 2010

 

Ceux dont le nom apparait sur la liste (ci-bas) veuillez me contacter par courriel samedivelo@hotmail.com ou par téléphone (450-537-2000) afin de venir chercher votre maillot.

 

Félicitations à: 

Julie Paré, Lyne Séguin, Richard Allard, André Ambeault, Lise Boily, Raymond Carrière, Marc Dupuis, Marcel Émond, Christine Gariépy, Isabelle Gibeault, Paul-Émile Dinelle, Patrick Hivon, Richard Larocque, Francine Leroux, François Marchand, Louis Quévillon, Laurent Renaud. Jean-Pierre Bergeron, Denis Lefort, Bertrand Richer, Josée Robertson, Gilles Roy, Mariette St-Pierre, Guy Séguin, Suzanne Séguin, Jeanne Vallée, Henriette Roy, Daniel Lacroix et Renaud Burns.

 

SamediVélo… fin de la saison

 

Une cinquième saison se termine déjà. Comme si c'était hier la première. Une magnifique saison malgré un début météo chancelant ; le beau temps nous a suivi jusqu'à la fin.

 

 

Une cinquième saison avec de nouveaux adeptes venus découvrir la magnifique région d'Argenteuil. Ils nous arrivent de Gatineau, de Laval, de Montréal, des Laurentides. Et les habitués… toujours fidèles au rendez-vous, le samedi faisant partie de leurs saines habitudes de vie.

 

Cette année SamediVélo s'est modernisé. Nous sommes sur Facebook et Twitter. Il est plus facile de nous suivre, de connaître les dernières nouvelles à l'instant même qu’elles se créent.  Grâce à Facebook, SamediVélo  est devenu interactif.

 

Dans Argenteuil il fait si bon pédaler. On aperçoit de plus en plus de cyclistes à longueur de semaine qui sillonnent nos routes, signe que SamediVélo exerce une influence positive :). D’ailleurs, notre région comporte de plus en plus de voies d'accotement pour les cyclistes, ce qui ajoute au plaisir.

 


 À SamediVélo, on est fier de notre éthique de conduite. Le Code de la route est respecté et la courtoisie est devenue monnaie courante avec les automobilistes. Conscients de la sécurité, nous avons établi un système de communication entre cyclistes afin de prévenir les aléas de la route.

 

Cette année, les cyclistes qui ont pédalé pour l’hôpital de la région sont très heureux d’avoir amassé plus de 10 000 $. Encore merci les cyclistes et merci les commanditaires.
 
Merci bien sûr aux bénévoles et aux partenaires. Quelle équipe ! Mais quelle équipe !! Les bénévoles se sont affairés comme des abeilles, ils ont butiné sans relâche. Sans vous... y’a pas de SamediVélo.
 
Quant à y être, on y va pour une sixième saison, bonne idée ! Maintenez la forme pendant la saison froide et on se retrouve l'an prochain.

 

Guy Séguin
Fondateur de SamediVélo

SamediVélo a roulé à « fonds » pour plus de 10 000 $

 

Merci à tous d’y avoir cru. Merci aux cyclistes et à tous leurs commanditaires ! MERCI ! La Fondation de L’Hôpital d’Argenteuil était vraiment fière d’annoncer le montant partiel amassé samedi dernier, 11 septembre, lors de l’événement Roulons à « fonds » pour la Fondation avec SamediVélo : plus de 10 000 $ !!! Merci au soleil pour sa présence, au vent pour son absence !

 

Quelque 100 personnes ont pris part aux défis de 15, 30, 60, 90, 120 ou 150 km. Toute une gamme de participants, du bout d’chou installé dans une remorque à l’aîné des samedivélistes âgé de 78 ans. Familles, amis, collègues, habitués à rouler et ceux qui roulaient pour une des rares fois de l’été. Tout le monde a retenu l’idée : à chacun son objectif, à chacun son défi ! Quelle journée extraordinaire !

 

Certains cyclistes sont devenus guides touristiques d’un jour auprès de proches venus pédaler avec eux.

 

Vers midi, plusieurs petits groupes arrivaient au point de départ pour la troisième fois, 90 km sous la cravate !! Cela dit pour mieux repartir après le lunch pour 30 ou même 60 km supplémentaires encore à faire.

 

Des points de ravitaillement à tous les 10 km au grand bonheur des cyclistes faisant une pause. Grand merci à tous les bénévoles.

 

Elle a fait 60 km la Lucie, or 45 auraient été suffisants, mais comme elle a dit, plutôt fatiguée au retour : « Je suis ici pour relever un défi ! » Et Gilbert tout comme Stéphanie, partis avec leur marmaille pour relever un défi de 15 km, comme tout roulait bien, ils en ont fait 30 !

 

Et Mario, pour faire plaisir à l’une mais aussi à lui-même, est venu avec deux vélos ; son hybride pour le défi 60 avec sa douce, son vélo de route pour la suite de son défi en après-midi !

 

Bravo les équipes de la Caisse Desjardins, MRC d’Argenteuil, 1001 coups de pédales du CSSS et à tous les cyclistes et bénévoles qui ont fait de ce jour, un jour bon… pour la santé !

 

Vous savez quoi, en s’associant à SamediVélo, la Fondation de l’Hôpital d’Argenteuil a pu rejoindre tous les membres de la famille, car tous y ont trouvé leur compte !

Une fête attendue, comme de coutume

Le samedi 4 septembre dernier, SamediVélo célébrait sa saison y allant d’un BBQ amical, de jeux de roues et d’adresse, de tirages dont les prix étaient bien convoités chez les samedivélistes. Après les randonnées cyclistes habituelles, rendez-vous était donc donné à la halte routière de Saint-André-d’Argenteuil, site toujours aussi enchanteur.

 

 

 

SamediVélo… Encore ! Encore !

Si vous croyez que la saison est finie pour autant, détrompez-vous ! Le 11 septembre, SamediVélo roulera à « fonds » pour la Fondation de l’Hôpital d’Argenteuil (tous les détails pour y participer sur samedivelo.ca, sur csssargenteuil.qc.ca (onglet Fondation) ou directement à la table des départs de samedi (départs à 8 h pour les défis de 90, 120 et 150 km et à 9 h pour les autres : 15, 30 et 60 km). Il faut comprendre ici que personne, absolument personne portant un casque et chevauchant un vélo en bon état ne sera refusé. La cause vaut le détour. Apportez votre lunch ! La saison prendra fin le 25 septembre, une belle sortie d’automne en vue !

 

 

Veuillez noter qu’en raison de travaux routiers inattendus, il est toujours possible que les parcours du samedi soient différents.

L’attirail du cycliste

Par Danielle Robertson

 

Vous les voyez passer à tous les jours avec leurs beaux maillots colorés, leurs casques aérodynamiques et tout le tra-la-la.  Ah ce qu’ils sont flamboyants ces cyclistes ! Mais est-ce une question de mode ou de confort ? À vous d’en juger.

 

Commençons par le casque, élément indispensable.  En cas de chute un impact à la tête est impardonnable. Conçu d’une combinaison de micro plastique et de mousse de polystyrène, il procure à la fois support et protection tout en demeurant léger. Pour être confortable, il doit offrir une bonne ventilation et être bien ajusté. Et attention, un casque mal ajusté serait complètement inutile lors d’une chute ! Certains sont même munis d’une visière pour protéger du soleil. Tous les casques doivent posséder une étiquette à l’intérieur certifiant qu’ils répondent  aux normes de sécurité et de  protection en vigueur.

 

Les couleurs vives des maillots sont non seulement une question de design, elles aident à rendre les cyclistes plus visibles auprès des automobilistes.  Un chandail noir ou gris se confond plus facilement à la route que rouge ou jaune. Les tissus utilisés ne cessent de s’améliorer. Chaque fibre est soigneusement choisie pour ses propriétés spécifiques, que ce soit pour sa résistance et légèreté, son pouvoir d’évacuation de l’humidité ou encore pour permettre la circulation de l’air. Certains sont hypoallergiques ou antibactériens et d’autres offrent même une protection UV. C’est souvent la combinaison de plusieurs tissus aux propriétés diverses qui fera les maillots les plus efficaces et confortables. À éviter : le coton ou si vous préférez le t-shirt qui absorbera et gardera toute l’humidité et la transpiration de votre corps ; autant rouler avec un maillot de bain au sortir de la piscine !

 

Quant aux coupe-vent, ils sont conçus pour vous protéger du vent et de la pluie. Tous ces tissus respirent pour vous garder bien au sec.  Lors de la fabrication, la plupart ont subi un traitement déperlant hydrophobe, en d’autres mots, au lieu d’absorber la pluie et se mouiller, celle-là perle dessus comme l’eau sur le dos d’un canard.

 

Les cuissard bien moulants épousent littéralement la forme du corps et garantissent ainsi un confort supérieur à tous autres types de shorts ou pantalons. L’entrejambe est muni d’un coussinet en mousse ou en gel qui sera très apprécié lors des plus longues  randonnées.

 

Finalement les gants. Ils sont munis eux aussi de coussinets de mousse ou de gel. Ceux-ci aident à réduire les points de pression sur les nerfs cubital et médian, tout en éliminant la vibration de la route et la fatigue des mains. Évidemment ils seront très utiles en cas de chutes car ils protégeront des égratignures.

 

Les manufacturiers de vêtements et d’accessoires de vélo ne cessent d’innover. Les produits qu’ils nous offrent sont le fruit de recherches faites auprès des équipes de cyclistes professionnels afin de nous proposer confort et performance.

 

Alors mode ou confort ?

Soyez visibles et bien protégés, et votre prochaine sortie à vélo sera des plus agréables.

 

Bonne randonnée !

 

 

 « Nous voudrions remercier l'organisation SamediVélo et plus particulièrement le groupe randonneur modéré d'aujourd'hui [21 août] pour la belle excursion malgré une finale assez rapide due à la pluie. C'était notre première participation et ce ne sera certainement pas notre dernière. À la prochaine ! » Céline et Jean-Yves, qui partagent la photo de la semaine. 

 

 

Véli-Mélo

 

Mi-août. Nous en sommes au 16e samedi de la saison pour SamediVélo.

L’été passe très vite quand on bouge.  

Mais la saison est loin d’être finie !

Saviez-vous que venir pédaler avec SamediVélo, c’est gratuit ?

À SamediVélo, inutile de s’inscrire, il suffit de joindre la bande du samedi matin et de se laisser guider vers le groupe qui nous convient le mieux.

Et croyez bien que les bénévoles sur place se font un plaisir d’être des guides parfaits.

 

.

Venez pédaler pour la Fondation de l’Hôpital d’Argenteuil !

Dans moins d’un mois déjà, ce sera l’activité attendue Pédalons à FONDS avec SamediVélo au profit de la Fondation de l’Hôpital d’Argenteuil. Rouler pour la santé, pour permettre à la Fondation d’amasser des sous pour mieux les rendre à la population par l’achat d’équipements médicaux, c’est ce qu’on appelle rouler pour une très bonne cause. Et c’est tellement simple. Il suffit de remplir un formulaire de commanditaires, ces derniers donnent ce qu’ils veulent pourvu que vous rouliez un défi en kilomètres de votre choix : 15, 30, 60, 90, 120 ou 150 km. Le but : pédaler pour le plaisir et pour votre propre objectif à atteindre. Imaginez d’ici l’ambiance au départ, aux points de ravitaillement ! Eh que ça va être le fun !

 

Non ! Vous n’avez pas de formulaire ? Rien de plus facile ! Il est disponible à la table des départs des samedis ou encore prêt à être téléchargé sur www.csssargenteuil.qc.ca (onglet Fondation) ou plus bas sur cette page (voir article complet pour tous les détails). Des équipes se créent. Des amis se regroupent. Des collègues se lancent un défi. D’autres font les choses en famille ou tout seul. Il n’existe pas de meilleure façon sinon celle de participer. Quand ? Le samedi 11 septembre 2010 ! 

 

 

 

SamediVélo à l’Impact de Montréal

Le 18 juillet dernier, plusieurs samedivélistes étaient au stade Saputo de Montréal pour y voir jouer l’équipe de soccer L’Impact. Et SamediVélo n’est pas passé inaperçu, pour preuve, le mot de bienvenue affiché sur le tableau du stade comme en témoigne notre photo ! Merci à Sony pour les 25 paires de billets offerts !

 

Le défi d’Éric Bélanger, vu de l’intérieur

 Entrevue de Josée Robertson

Bonjour Éric, as-tu réussi ton défi ?
Oui j’ai parcouru les 288 km de Montréal à Québec en 2 jours et j’ai amassé 2757,37 $ en dons. Merci à vous tous pour vos dons. J'ai roulé le premier jour pendant 5 h 30 à 26,4 km de moyenne pendant 141,52 km. J’ai brulé 3 950 calories et maintenu un pouls entre 136 et 173. Le deuxième jour, ma vitesse moyenne était de 25,4 km et j’ai parcouru 146,35 km. Mon pouls était plus bas et j’ai brûlé moins de calories.

Laquelle des deux journées du Défi a été plus ardue ?
La première. Je roulais avec une partenaire qui avait fait comme entraînement 6 000 km. Moi je n’avais que 2000 km au compteur. Je roulais trop vite, soit à 32-36 km/h. La fatigue m’a rattrapé pendant les derniers 50 km alors que je roulais à 23-24 km/h. Tandis que la deuxième journée, nous étions quatre à faire une rotation pour couper le vent. Nous avons roulé à 28-30 km/h.

Comment se déroulait le ravitaillement ?
Durant le parcours, il y en avait à environ tous les 30 km. On nous servait de l’eau, du Gatorade, des fruits, des barres tendres et des bretzels. De plus, les bénévoles fournissaient de la crème solaire et des soins de santé au besoin. Des mécanos pouvaient aussi résoudre les petits problèmes mécaniques. Au kilomètre 90 on nous a servi un bon petit lunch. Merci à tous les bénévoles.

Étiez-vous seuls sur la route ?
Pour les 20 premiers kilomètres la route nous était réservée. Après le peloton s’étirait pour rouler en file indienne. Puis des groupes de même force se formaient.

Et votre nuit à Trois-Rivières ?
On pouvait prendre une douche dans des camions spéciaux et se faire masser aussi. Le repas était servi à volonté avec encore beaucoup d’eau et de Gatorade. Ceux qui le désiraient pouvaient manger un lunch végétarien. On a dormi sous une tente.

Parle-nous de votre arrivée à Québec.
Tous les cyclistes étaient accueillis par une haie d’honneur. On se faisait nommer et remercier d’avoir relevé le défi. Le tout diffusé sur écran géant. Très émouvant… Parmi les cyclistes, il y avait des survivants du cancer. Et le retour s’est fait par autobus La Québécoise, les vélos revenaient en camion. Au total, nous étions 1800 cyclistes de toutes catégories. Ceux qui ne parvenaient pas à compléter la distance étaient raccompagnés jusqu’à l’arrêt. Il faut souligner qu’au total, le Cyclo-Défi a permis d’accumuler 6,7 millions $.

Relèveras-tu le défi contre le cancer en 2011 ?
J’y suis même déjà inscrit ! Hey ! Si vous êtes intéressés à vous joindre à moi, j’apprécierais beaucoup et on pourrait s’entraîner à deux ou à plusieurs. L’entraînement fait en 2010 était suffisant pour rouler à une vitesse moyenne de 25 à 30 km/h. Le Cyclo-Défi met à la disposition des cyclistes un programme d’entraînement.

Qu’as-tu trouvé de plus éprouvant ?
Amasser les fonds. Autrement, le trajet n’est pas difficile, il a fait beau et en plus, on avait le vent dans le dos tout au long du parcours. Une riche expérience !

Rappelons qu’Éric Bélanger, un fervent samedivéliste, a relevé le Cyclo-Défi contre le cancer pour le Centre du cancer Segal de l’Hôpital général juif et ses partenaires. Bravo Éric !!

SamediVélo, parce que…

Par Suzanne Séguin

 

Vous. Vous qui n’êtes jamais venu à SamediVélo, oui oui, vous. Vous demandez-vous pourquoi SamediVélo est si… pédalé ? Sachez que les raisons sont toutes bonnes ! C’est ainsi. Et c’est ce qui fait la popularité de SamediVélo. Et ces bonnes raisons, les voici :

 

  • Évidemment, pour faire de l’exercice, mais encore, ici on joint l’utile au très agréable.
  • Pédaler seul n’étant pas le désir de la majorité,  SamediVélo propose donc un groupe modelé pour chacun de nous.
  • Échanger de tout et de rien et plus encore avec des gens extra-sympathiques devient un rendez-vous du samedi matin.
  • Voir des sourires à 9 h le samedi, c’est naturel à SamediVélo, que l’on ait les traits tirés ou le teint gris.
  • Donner rendez-vous aux amis pour leur lancer un défi en pédalant un nouveau trajet.
  • Trajet ? Justement, SamediVélo en dessine de nouveaux à chaque semaine pour le plaisir de rouler ailleurs et autrement.
  • On ne soupçonnait pas Argenteuil région si belle. On la visite à fleur de… fleurs !
  • Pédaler avec les enfants, tiens ! Une belle raison de suivre les Baladeurs de SamediVélo.
  • Le bénévolat est payant à SamediVélo. Plus on en fait, plus on y gagne en articles et vêtements sportifs. Et tout le monde peut s’y mettre !
  • SamediVélo, c’est le couronnement d’une semaine de travail. On s’y sent en vacances !
  • C’est savoir que l’on roule en toute sécurité, bien encadré par quelqu’un à la tête et à la queue, par un mécano et un secouriste. On sait que l’on roulera une certaine distance, à un certain rythme et pendant un certain temps. Suffit de faire partie d’un groupe.
  • SamediVélo avec les ados, c’est hot !
  • Un excellent moyen d’inculquer aux enfants (et aux plus grands) des notions de sécurité à vélo.
  • Ne pas se soucier de faire une crevaison, le cas échéant, les bénévoles se précipitent sur le vélo et règlent le bobo rapido-presto.
  • Voir les photos des samedivélistes sur Facebook, un casque sur la tête !

 Et tellement, tellement, tellement plus encore !

 

 

Et vous, avez-vous une bonne raison de ne pas venir pédaler avec nous ?

Le 11 septembre on roule à "FONDS" pour la fondation

 

La Fondation de l’Hôpital d’Argenteuil et SamediVélo

Un grand événement, ça se prépare

 

SamediVélo et la Fondation de l’Hôpital d’Argenteuil (FHA) ne feront qu’un le samedi 11 septembre prochain : pédaler pour amasser des fonds. Le leitmotiv : À chacun son défi, à chacun son objectif. Ce qui promet !

 

Jusqu’à l’événement de l’automne, des formulaires sont à télécharger depuis les sites Internet de SamediVélo ( cliquez ici pour télécharger le formulaire et la page 2) et www.csssargenteuil.qc.ca (onglet Fondation) ; ils sont également disponibles à la table des départs des samedis et auprès de la FHA (450-562-3761, poste 7224). Le principe est fort simple : le cycliste complète le formulaire de parrainage en sollicitant son entourage, note le défi qu’il souhaite pédaler : 15, 30, 60, 90, 120 ou 150 km, et le présente avant son départ le 11 septembre.

 

Des équipes sont actuellement à se former dans un lieu de travail, entre amis, avec la parenté… Des jumelages se créent : une personne pour pédaler, une personne pour solliciter des commanditaires, ou encore « je pédale la première boucle, tu pédales la deuxième ». Bref, toutes les façons sont bonnes de participer au SamediVélo pour la Fondation. Soulignons que TOUT l’argent amassé servira à l’achat d’équipements médicaux pour le Centre de santé et de services sociaux d’Argenteuil.

 

Le parcours du jour sera unique : une boucle de 30 km à compléter plusieurs fois selon le défi (cliquez ici pour voir le parcours). Des bénévoles en tout genre seront sur place : pompiers, secouristes, mécanos, policiers, personnes postées aux points de ravitaillement à tous les 10 km, sans compter les admirateurs venus encourager. Il y aura du monde le 11 septembre. Fait unique, si pluie, l’événement sera reporté au samedi suivant, le 18 septembre. Et si pluie encore, on roulera dans la joie avec son imper !

 

L’instigateur

Aussitôt l’idée proposée au comité organisateur de SamediVélo, manifestée par Richard Larocque, responsable des activités et employé au CSSS depuis 35 ans, aussitôt acceptée tant par la Fondation que par SamediVélo. L’idée rejoint en droite ligne la vision et la mission de SamediVélo; rouler pour le plaisir et pédaler pour sa santé. N’est-ce pas doublement se faire du bien ?

 

Recherchez votre formulaire et fixez-vous un objectif !

Suzanne Séguin,

Communications

 

 

Depuis la gauche, Guy Séguin, fondateur de SamediVélo, Jacinthe Sicotte, vice-présidente de la FHA et directrice générale de la Caisse Desjardins d’Argenteuil, et Richard Larocque, responsable des activités SamediVélo et instigateur de l’événement Pédalons à « fonds » avec SamediVélo au profit de la Fondation de l’Hôpital d’Argenteuil.

 

 

Richard Larocque

SamediVélo intergénérationnel

Quand les grands-parents s’en mêlent

 

Par Francine Leroux

 

L’an passé, Jeanne et son conjoint Richard roulaient toujours avec le groupe des Randonneurs, sauf exception alors qu’ils rejoignaient les Baladeurs quand ils accompagnaient un enfant.

Mais vous avez de la visite ?, leur demandais-je.

  • Oui, c’est notre petit-fils !, répondaient l’un et l’autre avec fierté.
  • Eh bien cette année, comme ils voient leur petit-fils presque toutes les semaines, et que le couple roule plutôt régulièrement avec les Baladeurs, il n’en fallait pas plus pour que s’éveille ma curiosité.

On voit quelques parents rouler avec leurs enfants, c’est bien normal.

Mais des grands-parents ? Quelle bonne idée !  Et l’idée que cette belle initiative vienne à motiver d’autres grands-parents est vite devenue pour moi source d’inspiration. SamediVélo… intergénérationnel, wow !

 

 

Gabriel, qui aura 10 ans en novembre prochain, est enfant unique (et seul petit-fils du couple) et vit avec sa mère seulement. Or, au grand regret de Jeanne et Richard, leur fille n’est pas sportive, et ceux-ci aimeraient bien voir l’enfant bouger un peu plus. C’est dire comme Jeanne et Richard sont des personnes actives et dynamiques.  Retraite prise de façon précoce il y a 8 ans, le couple demeure maintenant dans la belle région de Saint-André-d’Argenteuil. Quant au petit-fils Gabriel, Rivière-Beaudette est son coin de pays.

 

Gabriel roule avec un beau vélo neuf, cadeau offert en 2009 par les grands-parents, histoire de le stimuler à faire plus que le tour du pâté de maisons. Son vélo est adapté pour des trajets plus longs et équipé selon les normes de sécurité et de confort.

 

 

En examinant la petite famille de plus près, j’ai remarqué que Gabriel n’était pas très loquace et plutôt réservé, mais lorsque je le saluais, il me disait bonjour et me souriait. J’ai appris plus tard que l’enfant fréquente une école spécialisée pour les jeunes souffrant de dyslexie sévère, c’est-à-dire au niveau du langage. Il ne s’exprime verbalement que depuis deux ou trois ans et éprouve encore des difficultés, accusant ainsi du retard au niveau scolaire.

 

Aujourd’hui, je comprends tellement mieux quand ils répondent à ma question :

  • Jeanne et Richard, que retirez-vous d’amener Gabriel à SamediVélo ?
  • Voir son évolution tant physique que psychologique, voir ses yeux briller quand il a réussi le défi.  Sans qu’il ne le manifeste verbalement, il semble heureux. 

Et croyez-moi, les grands-parents semblent aussi heureux. Ils sont confiants de voir disparaître le problème de Gabriel d’ici quelques années avec toute l’aide qu’ils lui apportent. Et justement, ils remarquent déjà de l’amélioration, et ce, de jour en jour. C’est quand même extraordinaire que par cette activité, Jeanne et Richard amènent leur petit-fils Gabriel à se réaliser et à s’intégrer. Le jeune cycliste a la chance de passer l’été avec eux cette année. 

 

En début de saison, Gabriel n’était pas en forme physiquement et trouvait difficile de pédaler autant de kilomètres. Son amour pour ses grands-parents l’a vite stimulé à fournir les efforts nécessaires pour être auprès d’eux le plus souvent possible. Et il y avait une belle condition : « Si tu viens passer le week-end, tu fais SamediVélo avec nous ».  Et depuis, sans se plaindre, Gabriel se lève tôt et accompagne Jeanne et Richard à leur activité du samedi matin.  Avec des grands-parents si motivants, je ne serais pas surprise de voir la famille joindre les Randonneurs un jour, mais rien ne presse, Gabriel n’a que 9 ans après tout.

 

Jeanne fait observer que peu de parents (encore moins de grands-parents) accompagnent leur jeunes à SamediVélo alors qu’il y existe un groupe tout désigné pour eux : les Baladeurs. Elle les invite à se joindre à eux un de ces beaux samedis. À SamediVélo, personne ne juge personne. On forme un beau groupe homogène : des cyclistes. N’est-ce pas là une des grandes qualités de SamediVélo! Et notre jeune Gabriel parle de plus en plus de son activité du samedi autour de lui. Est-il en train de devenir un ambassadeur pour SamediVélo?

 

Gabriel, tu es mon héros et au nom de SamediVélo, votre trio intergénérationnel ajoute à notre fierté. Merci !

 

Récit de voyage à vélo

Sur la route des grands crus de Bourgogne

 

Par Isabelle Daudelin

 

 

L'automne dernier nous sommes allés sillonner la Bourgogne du sud. Une très belle région bordée de coteaux et de belles vallées où les villages viticoles se côtoient comme un collier de pierres précieuses. Beaune, Pommard, Meursault, Puligny-Montrachet pour ne citer que les plus connus. Le vélo et le vin sont parmi quelques-unes de nos nombreuses passions. Nous avions entendu parler que cette région possédait l'un des plus beaux tronçons de piste cyclable en Europe tout récemment inauguré, traversant plusieurs villages tous aussi beaux les uns que les autres.  Il ne nous en fallait pas plus pour décider d'aller passer une journée sur cette magnifique piste cyclable qui traverse les plus grands vignobles de France.

 

Notre excursion s’est déroulée sur une journée complète. Le départ s'est fait de la très belle ville de Beaune. Nous avons loué chacun vélo (environ 25 $ pour la journée, qui incluait un itinéraire détaillé du circuit que nous allions parcourir) et nous avions apporté nos casques, sécurité oblige !  Mais, attention aux voitures dans les grandes villes qui sont parfois assez indisciplinées et imprévisibles… Une fois cet obstacle franchi, nous nous sommes retrouvés presque seuls sur une petite route cyclable interdite aux automobilistes. Nous étions donc lancés sur notre périple à travers les vignobles. Nous étions libres et bien décidés à tout découvrir. De kilomètre en kilomètre, nous ne cessions de nous émerveiller des paysages qui défilaient devant nous. Charmantes petites églises ici, paysage à couper le souffle là. La journée avait débuté sous un léger voile de brouillard pour ensuite s'éclaircir et laisser place aux couleurs ocre des vignes qui justifient si bien l'appellation de cette région, soit la Côte d'Or.

 

La piste cyclable traversait chacun des petits villages sur notre route, donc nul besoin de sortir des sentiers, ce qui nous permettait de faire un tour de ville et d'arrêter pour une dégustation dans une cave familiale, comme à Pommard, tenue par la maman et son fils et qui nous ont fait goûter un vin sublime vendu que par les propriétaires étant donné leur petite production… un bijou ! Achat d'une très bonne bouteille que nous prévoyions ouvrir pour le souper. Ho là là !! Je commençais à comprendre pourquoi cette région était si intéressante… Les habitants étaient accueillants et curieux de nous voir arriver avec nos vélos. La randonnée s’est poursuivie sur des rencontres, des discussions et de riches échanges.

 

Ensuite dîner à travers les vignes avec pique-nique classique : baguette, fromage et pâté bien sûr ! Le temps semblait s'être arrêté. La route était sinueuse et vallonnée, mais pas trop difficile. Notre randonnée était ponctuée d’arrêts et de dégustations. Heureusement nous étions à vélo ! En fin d’après-midi, arrêt à une très belle terrasse dans le village de Meursault pour prendre un goûter et par le fait-même un verre de Pinot noir. Nos connaissances en vin s'amélioraient d'heure en heure ! Il était très facile de s'arrêter chez les producteurs et de faire une dégustation, il fallait oser et ne pas être gêné. Généreux de leurs conseils et passionnés par leur travail, ils n'hésitaient pas à ouvrir plusieurs bouteilles pour nous faire déguster… sans aucuns frais.

 

Puis, nous avons pris la route du retour ; la lumière avait changé et l'après-midi s'allongeait de sorte que nous n’étions pas pressés de rentrer. Peu de kilomètres parcourus ce jour-là, mais chaque kilomètre en valait dix pour nous. Nous étions absorbés par tout ce qui nous entourait et nous prenions le temps de vivre ces heures douces et précieuses.

 

Un voyage en auto ne nous aurait pas permis de faire ces découvertes et de sentir le pouls du pays que nous visitions. Cette journée-là fut sans doute une des plus belles de notre séjour de deux semaines. Nous avions le goût de recommencer. Vous savez, il faut être curieux de tout et oser se faire plaisir !

Les bas édition 2010 sont arrivés

Voici les nouveaux bas SamediVélo 2010 pour ceux qui ont 4 actions bénévoles et plus depuis le début de la saison. Ils seront distribués par l'équipe des départs à la table à compter de demain.

SONY en collaboration avec l'Impact de Montréal nous offre exceptionnellement 50 billets (valeur globale de
 1 250 $) pour assister au match entre l'IMPACT et le Crystal Palace de Baltimore le dimanche 18 juillet à 14 h.

J'ai encore les billets de Yves Sabourin et Pierre Jutras.

17 juillet - Vélo et trempette, parfait duo par temps chaud

Un succès en 2009, la sortie vélo-trempette est de retour cet été. Elle doit sa popularité à la combinaison des activités proposées en un même jour et elles sont multiples. On pédale plusieurs kilomètres au cœur d’un paysage champêtre qui s’étale dans la région de Rigaud pour s’arrêter au parc des Voyageurs (Ontario), là où le sable chaud et l’eau invitante n’attendent que les cyclistes en sueur et heureux de faire la pause. Baignade agréable et dîner partagé entre samedivélistes et hop !, une fois repus et rafraîchis, on reprend le traversier pour un retour en douceur en après-midi. Un pareil programme est bien tentant en mi-saison. Profitez-en ! Joignez-vous à SamediVélo !

 

                   

Il suffit d’avoir avec soi un petit 2 $ pour défrayer une partie des coûts pour le traversier (l’autre moitié étant commanditée par Traversier Le Passeur), un lunch et un maillot de bain. C’est tout ce que nécessite cette sortie SamediVélo du 17 juillet. Il est proposé d’être présent sur le site des départs dès 8 h 30 pour la remise des coupons du bateau.

 

 

 

 

Le casque, toujours et encore le casque

SamediVélo oblige le port du casque pour une excellente raison : rouler en groupe, parfois en peloton serré, ajoute au risque de chute. Et porter le casque amenuise les risques de blessures graves en cas de chute. « Nous ne souhaitons jamais qu’un accident arrive bien sûr, mais ce n’est pas la présence d’un secouriste ni des bénévoles roulants en tête comme en fin de groupe qui empêcherait une distraction menant à une chute, d’expliquer Guy Séguin, fondateur de l’activité qui est lui-même tombé en 2008. Sans mon casque, c’aurait pu être beaucoup plus grave », se souvient-il. Qu’on se le dise, le règlement est là pour demeurer.

 

À propos du casque souvent impopulaire auprès des Québécois (pratiquement plus qu’ailleurs au pays), Statistique Canada révélait très récemment que 37 % des Canadiens portent le casque et que le pourcentage chez les Québécois dégringole à 26 %... oups ! Les samedivélistes ne semblent pas se plaindre du règlement interne. Il suffit de voir rouler la plupart des groupes de cyclistes sur nos routes, peu importe leur provenance, pour remarquer que le casque est beaucoup porté quand les cyclistes roulent à plusieurs. Saviez-vous que nos jeunes entre 10 et 15 ans ne portent pas plus le casque que le pourcentage révélé au Québec, soit 26 % d’entre eux ? À réfléchir quand on sait que 25 % des cyclistes victimes d’accident de la route ont justement moins de 15 ans…

 

SamediVélo espère que l’obligation de porter le casque pour joindre ses groupes ne rebute pas les gens à venir y pratiquer un sport qui se partage dans la bonne humeur. Parce que le casque, une fois que l’on est poussé par le vent et doré par le soleil, on ne le sent plus. Même que les cyclistes s’habituent très vite à se reconnaître sous le casque !

 

Savez-vous pourquoi le gouvernement hésite autant à rendre le port du casque obligatoire ?  C’est la crainte justement que cette obligation nuise à l’engouement du vélo pour plusieurs alors que l’on souhaite voir les gens bouger plus que jamais. Et vous, qu’en pensez-vous ?

Votre réponse peut être transmise sur notre toute nouvelle page Facebook. Venez jaser !

 

Suzanne Séguin,

Communications

Sur le site Internet

 

Si SamediVélo est maintenant sur TWITTER  pour faciliter l’accès à toute l’information sur les sorties du samedi , saviez-vous que depuis cinq ans, toute une équipe de bénévoles, habiles de la plume, proposent des textes sur différents sujets reliés à l’activité ?

 

Allez-y voir sous l’onglet ARCHIVES et naviguez quelques minutes, vous y dénicherez des articles d’intérêt. Vélo électrique, pompes à vélo, casque, siège, collations, récits de voyage et tant d’autres thèmes à lire.

Sous l’onglet FACEBOOK, des capsules fort intéressantes sont disponibles sur autant de sujets en plus d’offrir  un aspect visuel attrayant. À chaque sortie, des samedivélistes se font photographes d’un jour. Les clichés pris sont ensuite publiés sur le site, au grand plaisir des cyclistes qui aiment bien revivre les échanges et le trajet parcouru en souvenir. Voici quelques photos prises lors de la dernière sortie…

 

 

 

Dans l’ordre : SamediVélo en famille.  SamediVélo sur l’eau. On se protège! Attroupement aux départs.

 

 

SamediVélo est fier d’encourager la culture. Après le festival On se donne des airs, pourquoi pas les concerts d’été à Loly Trinity à Lakefield ! Quatre concerts d’un samedi : 26 juin, 17 juillet, 21 août et 11 septembre auxquels participer après une bonne randonnée à vélo. Pour info : 450-562-2025. Bon été !

 

Cycliste déterminé : Éric Bélanger

Originaire de Montréal, je suis arrivé à Lachute en 2004. Depuis, je travaille comme ambulancier paramédical et je suis père de deux filles : Emy et Aurélie. Aujourd’hui, je m’entraîne et recueille des fonds pour le Cyclo-défi contre le cancer au bénéfice de l’Hôpital général juif. Ce défi, auquel je participerai en juillet, est une bonne façon de faire quelque chose que j’adore tout en amassant des dons.

 

 

 

Le cancer

Le cancer a atteint ma famille : mon père d’un cancer de la prostate et ma mère d’un cancer du sein.  C’est grâce à l’argent recueilli de cette façon qu’ils sont toujours en vie aujourd’hui et peuvent profiter de leurs petits-enfants.

 

À ce jour, il ne me manque que 1 000 $ pour atteindre le minimum exigé pour participer l’événement, soit 2 500 $, même que mon objectif est 3 000 $. Si la somme minimale n’est pas atteinte, tous les dons faits en mon nom au Cyclo-Défi serviront quand même à la recherche sur le cancer.

 

Les gens peuvent suivre ma levée de fond sur Facebook (eric defi contre le cancer) et émettre des commentaires et des encouragements.

 

Le vélo

Je participe depuis 4 ans à SamediVélo.  Au début, je me suis joint aux Baladeurs avec ma femme et mes enfants.  Puis je me suis fait de nouveaux amis parmi les Randonneurs.  La saison suivante, les Sportifs m’ont accueilli dans leur groupe et je roule avec eux depuis.  SamediVélo me permet de m’entraîner pour le Cyclo-défi en bonne compagnie. Je m’entraîne aussi souvent que je le peux et ma vitesse moyenne est de 25 km/h.

 

Je devrai parcourir la distance entre Montréal et Québec pendant la fin de semaine du 10 et 11 juillet.  Jour 1, départ vers 7 ou 8 heures pour se terminer à Trois-Rivières vers 18 ou 19 heures.  Jour 2, départ à la même heure pour rouler vers la ligne d’arrivée, à Québec.  Des bénévoles nous accompagneront en véhicule afin d’aider les participants dans le besoin.  Chaque personne roulera à son rythme et des petits pelotons se formeront selon la vitesse de chacun.

 

Toute personne peut faire un don sur le site www.contrelecancer.ca.  Mon numéro de participant est le 341804-8 ou l’on inscrit « Éric Bélanger » (avec les accents).  Un reçu d’impôt sera émis automatiquement pour tout don de plus de 10 $.  Le samedi matin, au départ de SamediVélo, j’ai aussi des formulaires pour les dons. Merci !

 

Toute l’organisation de SamediVélo souhaite la meilleure des chances à Éric Bélanger !

 

Propos recueillis par Josée Robertson

Après la pluie…

 

Loin de paraître malheureux nos cyclistes à SamediVélo, à bien y regarder ces sourires ! Sur la photo, la bande du groupe des Sportifs modérés lors d’une sortie ensoleillée. Ouais… plusieurs sont déçus de voir autant de randonnées du samedi annulées cette année pour cause de pluie. Il faut se dire que la terre a besoin de boire pour faire jaillir les végétaux dans toute leur splendeur. Et c’est justement ce que les samedivélistes aiment bien admirer tout au long de leur parcours. Notre patience sera récompensée… En attendant, passons à un peu de pratique du dimanche au vendredi

 

 

Sortie du 19 juin

SamediVélo propose une traversée en bateau pour rouler du côté de Rigaud. Les paysages de cette région sont vraiment beaux à voir. Comme les deux traverses sont commanditées par Traversier Le Passeur, il n’en coûtera que 2 $ par personne au total. Afin d’obtenir les coupons à temps, les cyclistes doivent être sur le site des départs dès 8 h 30. N’oubliez pas vos sous !

 

Quant à apporter quelque chose, pourquoi pas votre lunch ! Car au retour de la deuxième traversée à Carillon, les cyclistes sont invités à joindre le site du festival On se donne des airs, dans le parc Carillon tout à côté. Belle occasion pour découvrir le marché public Arts et saveurs qui sollicitera nos cinq sens. En passant, connaissez-vous l’histoire de la bataille du Long-Sault ? À Carillon ce week-end, On se donne des airs, même des airs de l’ancien temps ! Plus d’info sur www.onsedonnedesairs.com. Le festival commence la veille et se termine le dimanche.

 

Suzanne Séguin

 

SamediVélo au défi métropolitain

Marc, Bertrand et Guy ont terminé avec succès les 152 km du défi métropolitain de Sainte-Anne-des-Plaines, dimanche 30 mai dernier.

Merci Anita Stranzl pour les photos. Au plaisir de vous voir à SamediVélo pour pédaler avec nous.

« Maman… je sais tout ça ! »

 

 

 À SamediVélo, tout le monde met son casque !

 

 

D’ UNE MÈRE FATIGANTE À SON FILS QUI S’EN VA À VÉLO… MAIS C’EST PARCE QU’ELLE L’AIME ET NE VEUT PAS LE PERDRE…

 

- Tu ne veux pas te décoiffer et tu te promènes les cheveux au vent pendant que moi, j’ai les cheveux qui me dressent sur la tête de savoir que tu ne mets pas ton casque.

 

- Attention ! Qu’est-ce qu’il y a de l’autre côté de cette côte que tu prends plaisir à grimper avec tes copains ? Peut-être un chauffeur imprudent qui décide de dépasser sans savoir que tu es de l’autre côté à rouler trois de large ! La file indienne, tu connais ?

 

- Ce vélo pour lequel tu as travaillé si fort et que tu as laissé sans surveillance, l’espace d’une minute pour aller au dépanneur, eh bien sans cadenas, il n’en faut pas plus pour qu’il disparaisse.

 

- N’oublie pas de toujours dépasser les autres cyclistes par la gauche en signalant ton intention.

 

- Ne roule pas à contresens sur les rues mais respecte les sens uniques.

 

- Gare aux portières qui s’ouvrent des véhicules stationnés.

 

- Ton habit noir au placard.  Toi qui aime flasher, eh bien c’est le temps…et quant à y être, je t’ai acheté une petite lumière clignotante à installer en avant et une autre pour l’arrière de ton vélo.

 

- J’espère que tu ne t’accroches pas aux camions car ce n’est pas du ski nautique que tu fais,  mais bien du vélo.

 

- Méfie-toi des poids lourds et ne va surtout pas les dépasser par la droite, car tu te retrouverais dans leur angle mort.

 

- Signale les trous et imperfections de la route à tes amis qui te suivent.

 

- Fais toujours tes stops et respecte les feux de circulation.

 

- Bon bien, profite de ta journée à vélo.  Tiens, je t’ai fait un lunch.  Bonne randonnée !

 

Francine Leroux

SamediVélo/communications

www.samedivelo.ca

Oui, la sécurité plus que jamais !

L’organisation de SamediVélo est profondément touchée par les derniers et funestes événements survenus à des cyclistes. Pour nous, la sécurité fait l’objet de toute notre attention. Nos participants le diront, nous avons même une forte tendance à être redondant ! Mais la prudence n’est pas que le lot du cycliste, bien sûr. Partager la route devient au fil du temps une évidence pour bon nombre d’entre nous, conducteur comme cycliste. Devant les tristes nouvelles, on se rend compte qu’il reste beaucoup de travail de conscientisation à faire.

 

Lors de la sortie du 15 mai, SamediVélo a souligné le drame à sa façon. Avant de siffler le grand départ, les consignes de sécurité ont été rappelées et notre carte Vélotiquette/Règements  a été remise à tous les cyclistes. Il est important pour l’organisation de bien faire prendre conscience de la nécessité de rouler avec prudence.

 

Pour les prochaines semaines, nos articles porteront sur la sécurité. D’abord, une samedivéliste bénévole pour le comité des communications souhaite partager avec tous sa pensée du moment. Lisons-la.

 

J'aimerais dédier cette pensée aux familles des personnes qui sont mortes à vélo sur la route le week-end dernier (14 mai).

 

En me levant samedi matin, j'étais partagée entre le bonheur de commencer la saison de vélo avec les amis de SamediVélo et la peur au ventre qui me tenaillait en pensant aux personnes mortes lors d'un accident de vélo sur la route de Rougemont la veille. De jeunes femmes en pleine possession de leurs moyens, athlètes de compétition, avec la vie devant elles... ou plutôt derrière elles. On aura beau essayer de comprendre ce qui s'est passé ce vendredi matin, aucune explication ne pourra jamais leur rendre la vie. Elles sont mortes de façon brutale et gratuite.

 

Ce samedi matin, le soleil était de la partie et le vent était doux et léger. Pourtant ma petite voix intérieure  » Oui, la peur a bien failli avoir raison de moi. Toutes les excuses sont bonnes pour ne pas faire face à nos peurs. Les pistes cyclables c'est pas mal plus sécuritaire, il y en a partout, ce n'est pas ce qui manque et en plus on n'y rencontre aucune voiture ! Pourtant, la joie que m'apporte de rouler sur les petites routes de Saint-André-d'Argenteuil n'a pas son pareil. Une région que je ne connaissais pas il y a un an et qui maintenant fait partie de mes petits bonheurs. Les gens chaleureux dont nous avons fait la connaissance sont tous plus attachants les uns que les autres, la bonne humeur des randonneurs, le sentiment de faire partie d'un groupe… toutes ces raisons ont fait en sorte que je vais continuer de rouler le samedi matin en essayant d'avoir une conduite des plus sécuritaires, en portant des vêtements avec des couleurs visibles et en ayant toujours en tête que la vie est si fragile.

 

Isabelle Daudelin, de Prévost

Communications / www.samedivelo.ca

Et c’est parti !!

Samedi 15 mai. Température agréable. Poignées de main et bises au rendez-vous, L’Atelier du Sport présent sur le terrain offrant les ajustements de base aux cyclistes, ces derniers visiblement très heureux d’être du nombre des partants pour cette cinquième saison de SamediVélo. Les groupes se forment peu à peu, grâce aux nombreux bénévoles, les uns organisant les départs, les autres se portant volontaires pour leur groupe, soit à titre de chef de tête, serre-file, mécano ou secouriste. S’entament les étirements physiques et les rappels de sécurité d’usage jusqu’au coup de sifflet donné par le fondateur, Guy Séguin. Voilà, SamediVélo est parti pour rouler ses samedis jusqu’au 25 septembre prochain !

 

 

76 personnes ont pris part à ce premier samedi de la saison. Heureux ? Absolument ! Sur la photo, le groupe des baladeurs en pause.

 

 

 

Au retour de la randonnée, Bertrand Richer a offert un atelier aux participants qui souhaitaient apprendre les notions de base pour être un bénévole mécano lors des sorties. Tout ça gratuit !

 

 

Voici quelques fidèles bénévoles. On les reconnaît à leur vêtement officiel offert gratuitement après 10 actions bénévoles. Eh non, on ne peut pas se le payer !

Second début !

 

Le 8 mai fut plutôt humide, voire mouillé. Mais le lancement de la cinquième saison de SamediVélo aura bel et bien lieu ce samedi 15 mai ; il n’est jamais trop tard pour un bon départ ! Rendez-vous à 8 h 30 pour tous, cyclistes de tout acabit, que votre coup de pédale soit à vitesse tranquille, bien rythmé ou rapide, vous êtes conviés aux retrouvailles ou à votre grande première, au 1, rue Legault à Saint-André-d’Argenteuil. Aucune inscription requise et tout est gratuit. Profitez-en donc !

 

En prime ce samedi 15 mai, un atelier mécano sera offert à 13 h, soit un peu après le retour des randonnées. Ce petit cours, d’une durée de 3 heures et animé par Bertrand « vélo » Richer à la mairie du village (10, rue de la Mairie), permettra aux participants d’apprendre les rudiments mécaniques dans le but d’être un bénévole averti à titre de mécano au cours des sorties de la saison. Inscription obligatoire cette fois en écrivant à samedivelo@hotmail.com  ou à la table des départs de samedi (20 personnes max.).

 

Parlant mécano…

Il est si agréable de monter sur un vélo neuf, ou en bonnes conditions, et dont le fonctionnement est bien maîtrisé. Partir sur la route une légère brise au visage. Rouler avec un groupe sympathique et aussi stimulé que vous. Si agréable…  Imaginez l’autre maintenant chevauchant un vélo au dérailleur bruyant parce que mal lubrifié, une crevaison au bout de quelques kilomètres parce que le pneu était usé ou peu gonflé.  On veut bien l’aider, mais par négligence, le groupe est ralenti.


Pour partir la tête tranquille avec SamediVélo, il faut régler trois aspects AVANT le départ :

  • Bien connaître sa monture (surtout si elle est neuve)
  • S’assurer de l’état général du vélo
  • Être dans une bonne forme physique

Pour une première sortie, nous suggérons fortement aux nouveaux de demander l’avis des organisateurs quant à la catégorie de parcours à choisir avant de partir ; ils sont visibles sur les départs puisqu’ils portent fièrement le maillot et la veste officiels. Il est préférable d’aller moins vite et moins loin une première fois que de suer un bon coup et de devoir rebrousser chemin, c’est certain.

 

Vous êtes plusieurs à avoir terminé la saison 2009 avec votre  « vieux » vélo, rêvant d’une nouvelle monture. L’hiver venu, le temps de passer au repérage, au magasinage de la bête à monter a fait son chemin. Certains sont peut-être passés à l’action, d’autres hésitent encore. Profitez des conseils prodigués par des connaisseurs, faites le tour des chroniques qui rayonnent sur le site de SamediVélo et, autre conseil, dormez là-dessus.

 

 

Suzanne Séguin, communications

SamediVélo

La cinquième saison – SamediVélo rayonne !

Lachute, le 22 avril 2010. -. Pour une cinquième année, SamediVélo revient plus en force que jamais avec l’édition 2010, marquée par sa première sortie, le 8 mai. Oui, en force ! Pendant 21 samedis consécutifs, l’activité fait rouler des gens de chez-nous, d’ailleurs, de partout. Pour preuve, parmi nos bénévoles assidus, ils sont nombreux à venir depuis Montréal, Saint-Sauveur, Hawkesbury, Saint-Jérôme ou Laval, sans compter bien sûr ceux provenant de la belle région d’Argenteuil. Et il n’est pas rare qu’on ne rate aucun samedi ! Oyé ! Oyé ! Le comédien Patrick Hivon conserve son titre de porte-parole officiel et SamediVélo en est très fier.

 

Fidèle, SamediVélo revient pour sa cinquième saison avec des activités qui ont fait leur réputation et des nouvelles aussi. Par exemple, 2010 sera une année de défis avec deux événements « Challenge ». Le 12 juin, belle journée de vélo à relever avec un 100 km au programme. Plus tard, les mollets bien entraînés, ce sera au tour du défi 150 km. Et ce ne sont là que quelques-unes des activités qui meubleront, semaine après semaine, le calendrier de cette cinquième saison.

  

Les grands événements greffés à SamediVélo

 

En mai… La journée nationale du sport et de l’activité physique est officiellement le 6 mai, mais pour donner l’occasion à toutes et à tous d’y participer pleinement, elle sera soulignée le samedi 8 mai et, croyez bien, Argenteuil ne sera pas sur le pilote automatique ! Pour marquer de façon active cette journée désignée, toute la population est invitée à prendre part à une panoplie d’activités. N’est-ce pas là une belle occasion pour faire des essais ! Après la randonnée pédalée avec SamediVélo le matin, on poursuit en se rassemblant au stationnement du boisé Von Allmen pour de la course, du yoga, de la randonnée pédestre et même du cardio-poussette. Une chose est sûre, toutes les raisons seront bonnes de s’activer !

 

En juin… Pour la 4e édition du festival On se donne des airs, du 18 au 20 juin, les cyclistes sont invités à rejoindre les multiples activités sur le terrain du Parc Carillon en ce jour de SamediVélo. On y reçoit toujours des artistes de grands talents dans un décor enchanteur, enveloppé d’une ambiance festive. Voilà trois ingrédients qui feront une fois de plus le succès de cet événement musical. Entrée exceptionnellement gratuite au Parc Carillon pour toute la durée du festival ! Et le festival est tout ce qu’il y a de plus gratuit ! On serait fou de s’en passer ! À faire découvrir à nos samedivélistes qui termineront leur parcours de l’événement La Traversée, alors qu’ils auront roulé du côté de Rigaud.

En septembre… Pour la Fondation de l’Hôpital d’Argenteuil, c’est le 11 septembre que ça va rayonner sur les routes du coin. Jour de grands défis, 150 km pourront être roulés afin d’amasser le plus d’argent possible pour la cause que défend si fort et si bien la Fondation. Si les circuits en boucle seront commandités, chaque kilomètre parcouru par un samedivéliste permettra d’en faire autant pour remplir la tirelire dans un but des plus sains : promouvoir la santé.

 

 

Bénévoleroulons…

 

Si les bénévoles de SamediVélo sont nombreux, c’est parce qu’ils aiment faire leur part. Pour chaque sortie qui compte en moyenne 75 cyclistes, les bénévoles forment le tiers des participants. Parce que c’est simple et peu exigeant de faire une action bénévole avec SamediVélo. Que l’on soit membres d’un comité (www.samedivelo.ca.contact.htm), de l’organisation d’un départ un bon samedi ou que l’on s’implique lors d’une randonnée à titre de chef ou serre-file, mécano ou secouriste, voir au bon fonctionnement de l’activité devient aussi payant ! Pour preuve :

  • pour une première action, le cycliste bénévole reçoit le nouveau bidon SamediVélo ;
  • pour quatre actions, le cycliste bénévole reçoit les chaussettes SamediVélo ;
  • pour dix actions, il se mérite un vêtement unique à SamediVélo.

Toutes les récompenses, à l’effigie de SamediVélo, ne s’achètent pas, soit dit en passant.

 

Il sera facile de connaître les trois parcours pour les six catégories de cyclistes quelques jours avant les départs, car ils seront publiés dans l’hebdomadaire L’Argenteuil le mercredi précédant l’activité et sur le site officiel : www.samedivelo.ca. Afin de savoir si la sortie a réellement lieu en cas de pluie, il suffit de composer le 450 537-3527, poste 48, la boîte vocale de SamediVélo, qui accueille aussi les messages. Les départs ont toujours lieu à l’école primaire de Saint-André-d’Argenteuil, à 9 h.

 

 

Toute l’information de SamediVélo est disponible sur le site Internet www.samedivelo.ca. Une visite vaut le détour, faites rouler vos doigts ! 

 

 

Bonne cinquième saison !